HUGUES PANASSIÉ

ET LE
BULLETIN DU

 HOT CLUB DE FRANCE

   LES CHRONIQUES DE DISQUE 

Ecoutez des chef-d'œuvres du jazz tout en lisant la chronique
d'Hugues PANASSIÉ !

Blues In Thirds (1940)        SIDNEY BECHET

Sidney Bechet (cl), Earl Hines (piano), Baby Dodds (d)



Bulletin du Hot Club de France N° 2 novembre 1950

 

« La Voix de son Maître » a enfin publié en France un des plus beaux Bechet : Blues in Thirds (SG 233), enregistré en 1940 en trio avec Earl Hines et Baby Dodds.

 

 Bechet y joue de la clarinette et il en joue si merveilleusement qu'on regrette qu'il utilise tellement plus le saxo soprano, instrument plus flatteur mais assurément moins beau.

Le disque s'ouvre par un exposé du thème au piano. J'aime beaucoup ce blues composé par Earl Hines (il l'enregistra aussi sous le titre de Caution Blues). Earl est splendidement soutenu à la batterie par Baby Dodds dont le jeu de pied dans la grosse caisse, bien enregistré, est d'une admirable souplesse.

Dans le 2d chorus, Earl brode sur le thème à l'aide de phrases au style très Louis Armstrong, swinguant au maximum. Bechet prend les 3 autres chorus, commençant et se maintenant dans un registre assez grave ou moyen, ce qui favorise l'accent « low-down » et grandiose de son solo. Chose curieuse, Bechet fait penser à Jimmie Noone à plusieurs reprises au cours de cette interprétation tout à fait typique du vrai style blues. Il a une envolée ravissante au début du dernier chorus, lorsqu'il utilise un registre plus élevé.

 

 

Remarquez l'accompagnement modèle d'Earl Hines à ces trois chorus de clarinette. Pour le 1°, Earl se contente de plaquer des accords sur les temps forts, les faisant résonner de façon délicieuse. Pour le 2°, il marque les 4 temps sans accentuation, selon la plus ancienne tradition du blues. Pour le 3° enfin, il reprend le thème en guise de contre-chant à la partie de Bechet. Il y a là une gradation qui ne contribue pas médiocrement à la beauté exceptionnelle de cette interprétation.

Quant à Baby Dodds, son jeu est au-dessus de tout éloge. Je ne sais s'il existe un disque où ses qualités soient plus en valeur. Ce qui est également saisissant, c'est la parfaite entente qui règne entre Bechet, Earl et Baby Dodds.

 

Blues in Thirds est un chef-d' œuvre non seulement parce que ces trois grands musiciens sont dans leur meilleure forme, mois aussi parce que c'est une interprétation merveilleusement homogène grâce à une communauté d'inspiration fort rare.